Armand Lafont et André Santerre présentent l'exposition.

 

Assemblée constitutive du 14 août 1983 - de gauche à droite : Raymond Gabarre, Laurent Cabaneau, André Santerre,  Armand Lafont, Marcelle Ortet, André Ortet, Régis Loubes, xxx et Huguette Lamarsaude (de dos).

 

ARMAND LAFONT

ANDRE SANTERRE

 

 Les Précurseurs et Fondateurs

 de l’Association :

 Les Cartophiles Ariégeois

 

 

 

 

Suite au Conseil d'Administration, réuni le mercredi 23 juillet 2017,

 

l'histoire de la création

 de l'association cartophile s'est vue confiée à André Ortet, toujours administrateur et cartophile depuis la fin de l'année 70.

(voir ci-dessous) 

 




Pour l'Ariège :

Sous la Révolution française, plusieurs communes de France sont renommées (environ 1 200 villes ou villages) d'un nom révolutionnaire. Par un décret du 25 vendémiaire an II (16 octobre 1793), la Convention nationale (septembre 1792-octobre 1795) demande aux « communes qui ont changé de nom depuis l'époque de 1789 de faire passer au comité de division la nouvelle dénomination » (Notice Ehess-Cassini).

 

Commune                                            Nom révolutionnaire                        Rèf                         

 
Carla-le-Comte (devenue Carla-Bayle) Carla-le-Peuple 6943
Château-Verdun Liberté-Verdun                                                                       8717
Saint-Girons Lunoque                                                                     32191
Saint-Lizier Austrie-la-Montagne                                                                     32988
Saint-Michel Barra                                                                     33670

 

Saint-Ybars

 

Saint Araille plus tard Santaraille puis Sentaraille

Mont-Sauveterre                                                                    35029

 


 

Regardez bien ces trois photos de cartes postales et clichés (les dates sont celles des clichés) du clocher de Saint-Girons (Ariège)


Carte Postale datée de 1878, le clocher n'affichait pas encore les heures
Carte Postale datée de 1878, le clocher n'affichait pas encore les heures

En fait le cliché est antérieur à la fin de la reconstruction de la pointe du clocher, travaux réalisés sous le contrôle de l'architecte de la ville : M. Auguste Tisné.

Carte Postale de 1884, les heures s'affichent sur le clocher de la ville
Carte Postale de 1884, les heures s'affichent sur le clocher de la ville

Superbe cliché (plaque de verre) de M. Trutat. Toujours pas de cadran en 1882
Superbe cliché (plaque de verre) de M. Trutat. Toujours pas de cadran en 1882